Gilet de sécurité jaune pour les motards?

Suite à la réunion plénière du Conseil National de Sécurité Routière (CNSR) du 15 avril, une partie de la communauté motarde s’inquiète de la résurgence du gilet fluo honni et d’une complaisance supposée de la Fédération Française des Motards en Colère vis-à-vis d’une des mesures annoncées : l’obligation pour les usagers de 2 roues motorisés d’avoir sous leur selle un gilet de haute visibilité.

Le port d’un tel équipement étant un sujet sensible chez les motocyclistes depuis le Comité Interministériel de Sécurité Routière de mai 2011 qui avait envisagé de le rendre obligatoire en permanence, la FFMC tient donc à rappeler les faits, et préciser sa position. La FFMC est revenue au CNSR après avoir consulté ses militants qui n’ont pas souhaité lui voir pratiquer la politique de la chaise vide. Ce retour impose le respect des règles de l’Institution CNSR avec en priorité, l’indispensable travail de réflexion à fournir sur la feuille de route donnée aux présidents des commissions. La question de la visibilité y est posée en ce qui concerne le 2R.

Lors de la réunion du CNSR lundi dernier, l’une des pistes évoquées pour améliorer la visibilité des motards a été d’étendre à cette catégorie d’usagers de la route, comme pour les automobilistes, la possession d’un gilet de haute-visibilité à enfiler en cas de panne. Si la FFMC ne s’oppose bien évidemment par à une mesure d’équité entre les usagers, elle pose des conditions à l’acceptabilité d’une telle mesure : Tout d’abord, afin de pouvoir mesurer la pertinence de la mesure, elle a demandé à la Direction de la Sécurité et de la Circulation Routière (DSCR) de lui indiquer le nombre de décès évités suite à l’application de cette mesure aux automobilistes. De même, la FFMC a demandé le nombre de motards en panne tués chaque année. A l’heure actuelle, ces questions n’ont pas obtenu de réponse.

La FFMC a aussi clairement exprimé son désaccord quant à la disproportion de l’amende actuelle encourue, soit 135 euros.

La FFMC considère toujours que le choix de transporter, et a fortiori de revêtir, des vêtements de haute visibilité doit rester une démarche personnelle, et en aucun cas être soumis à obligation. Si tel devait être le cas, cela remettrait fortement en cause la confiance que ce gouvernement tente de restaurer depuis le début de l’année en abrogeant les décrets pris lors de la mandature antérieure et qui avaient provoqué chez les motards une mobilisation sans précédent.

Forte de ses 30 ans d’expérience durant lesquelles elle a participé à de nombreuses concertations, la FFMC ne prend pas les vessies pour des lanternes pas plus que les gilets jaunes pour une solution miracle.

(info du 22/2/13)

Ni pour les motards…

L’obligation pour les conducteurs et passagers de deux et trois-roues motorisés de circuler avec un équipement rétro-réfléchissant a finalement été abrogée in extremis, le jour même de son entrée en vigueur !
Bien que Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, eû tant annoncé la suspension de la mesure fin novembre
dans son discours d’ouverture du conseil national de la sécurité routière, la promesse tardait à se concrétiser. C’est finalement un arrêté du 18 décembre 2012, publié au journal officiel le 1er janvier 2013, qui a mis fin à cette mesure que la FFMC avait combattue tout au long de l’année, conjuguant manif, lobbying et pétition. Une recette qui a bien fonctionné, alors bravo à tous ceux qui se sont mobilisés !

Ni pour les candidats au permis A…

Abrogée pour les motards, l’obligation de porter un équipement rétro-réfléchissant survivait dans la réforme du permis de conduire, qui entrait en vigueur le 19 janvier dernier. La veille de la date fatidique, un arrêté est finalement paru au journal officiel pour y mettre fin.
Ouf!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *